Démystification d’un symbole: l’édition critique de « Mein Kampf » en Allemagne



Certains livres peuvent changer le monde : la Bible ou Le Manifeste du Parti communiste ont servi de guide à des millions de personnes (de manière extrêmement différente…) ; de même La case de l’oncle Tom a poussé nombre de ses lecteurs à soutenir l’abolitionnisme (Lincoln disait d’Harriet Beecher Stowe « C’est donc cette petite dame qui est responsable de cette grande guerre »).

Mais qu’en est-il de Mein Kampf (Mon combat) ? A-t-il lui aussi, par son texte même, changé le monde ? On lit et on entend sans cesse que ce livre, autobiographie et manifeste – dont le premier volume sous-titré Eine Abrechnung (Bilan) a été écrit par Adolf Hitler à 35 ans en 1924 pendant sa détention à Landsberg (suite au putsch de Munich en novembre 1923) et publié en 1925 – doit être considéré comme la déclaration programmatique de la politique du Troisième Reich, qu’on y trouve toutes les intentions d’Hitler mises en œuvre par la suite. Un ouvrage jugé tellement dangereux que le Land de Bavière, qui en a possédé les droits d’auteur non-anglophones de 1948 jusqu’au 31 décembre 2015, a toujours bloqué sa parution aussi bien en Allemagne qu’à l’étranger.

La suite ici : Démystification d’un symbole : l’édition critique de « Mein Kampf » en Allemagne

Ana

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.