Des réfugiés à la détermination exemplaire


détermination

 

 

 

Les autorités européennes sont aujourd’hui en mal d’une politique. Il ne suffit pas d’empêcher l’arrivée massive de nouveaux réfugiés, et de fermer les yeux sur leur sort misérable lorsqu’ils y parviennent, mais d’accueillir correctement ceux qui sont malgré tout parvenus à accéder au sol européen en leur assurant les moyens de leur intégration. Alors  les autorités se défaussent sur la solidarité agissante de la société civile, cet ultime filet de sécurité, dont elles traînent les activistes devant les tribunaux.

 


Les dirigeants européens se sont pris à leur propre piège pour avoir dénoncé une invasion de réfugiés. En mobilisant la peur, ils ont alimenté le rejet. Dans l’opinion, l’assimilation s’est faite entre un terrorisme se revendiquant de l’Islam et une vague de déshérités, au départ syriens, fuyant la guerre et venant chercher un refuge. Aujourd’hui divisés, ces mêmes dirigeants se révèlent incapables de formuler un dispositif succédant à des accords de Dublin n’ayant pas résisté à l’épreuve du feu.

Les principales voies d’accès turques et libyennes ayant été non sans peine barrées, seuls une centaine de milliers de réfugiés sont depuis parvenus à rejoindre l’Europe tous les ans, selon les chiffres du HCR. La Grèce et l’Italie ont cessé d’être les principaux points d’entrée en Europe au profit de l’Espagne, enregistrant depuis janvier dernier respectivement 27.700, 22.160 et 49.000 arrivées. Sans que cela ne se traduise par un affaiblissement de la tension et de la xénophobie. Plus de 2.000 noyades ont été dénombrées.

La détermination dont font preuve les candidats à l’asile, ainsi que les épreuves invraisemblables qu’ils traversent, illustrent la pression exercée par ces familles entières qui n’ont plus rien à perdre. Après avoir payé à l’Est un régime autocratique pour qu’il boucle sa frontière maritime, les autorités européennes en ont fait de même en arrosant de nébuleuses factions armées libyennes pour en faire leurs supplétifs. Dans les deux cas, les réfugiés sont livrés à eux-mêmes, à moins de subir des traitements dégradants qu’ils fuient. Le dernier épisode, tout aussi déshonorant que les précédents pour les autorités européennes qui en portent la responsabilité, a consisté à empêcher les ONG de mener leurs opérations de sauvetage des naufragés dans les eaux internationales.

La suite ici :  https://décodages.com/2018/11/11/des-refugies-a-la-determination-exemplaire/

14.11.18

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.