Dominic Cummings, le bras armé de Boris Johnson pour réussir le Brexit







 Son nom finit toujours par être prononcé dans les débats sur le Brexit au Royaume-Uni. C’est la star méconnue du gouvernement de Boris Johnson. Dominic Cummings, conseiller spécial du tonitruant Premier ministre britannique, serait même le maître à penser de l’assaut mené depuis fin août par le 10 Downing Street contre le parlement britannique pour faire aboutir le Brexit le 31 octobre, coûte que coûte. Une stratégie fragilisée aujourd’hui par la décision de la Cour suprême.





Ce stratège politique de 47 ans, qui adore citer Bismarck et se dit fasciné par l’univers de l’écrivain russe LéonTolstoï, s’est bâti une solide réputation d’Attila politique qui ne recule devant rien pour parvenir à ses fins. Son principal fait d’armes remonte à 2016 : il est l’homme qui a fait triompher le “Leave” lors du référendum sur la sortie de l’Union européenne (UE).

En 2015, il accepte un poste dont personne ne veut : stratège en chef du camp pro-Brexit. “La campagne a commencé avec moi, un vélo et un iPhone, et c’est tout”, aime à rappeler Dominic Cummings. Il met alors son art des coups fourrés, et sa détermination à toute épreuve au service d’une cause qui semblait perdue d’avance. Il impose aussi d’intenses cadences à ses collaborateurs, les met sous pression constante et n’hésite pas à prendre des libertés avec les faits pour atteindre son objectif. C’est lui, par exemple, qui est à l’origine de l’idée de faire circuler dans tout le royaume un bus sur lequel est inscrit que Londres verse 350 millions de livres par semaine à l’UE, une exagération qui frôle le mensonge pur et simple.

C’est à cette époque-là que la trajectoire de Dominic Cummings croise aussi celle de son futur patron : Boris Johnson. L’ex-maire de Londres, devenu champion du Brexit, va “s’approprier tous les slogans mis au point” par le cerveau du camp du “Leave”,notait en 2016 le quotidien britannique Financial Times. Mais Dominic Cummings n’avait pas été recruté par les pro-Brexit par hasard. Il avait déjà fait ses preuves de stratège hors pair en menant la campagne contre l’entrée du Royaume-Uni dans la zone euro au début des années 2000 et s’était ensuite occupé de définir la stratégie politique du Parti conservateur.

La suite ici : Dominic Cummings, le bras armé de Boris Johnson pour réussir le Brexit

26.09.19

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.