Donald Trump et l’affaire Huawei : un pari hasardeux ?






La décision unilatérale du Président d’interdire le géant chinois sur le sol américain et d’ordonner à Google de cesser toute relation d’affaire avec cette firme, va entraîner des effets sur le champ numérique mondial, Europe comprise.



Même les vœux pieux n’y peuvent rien : la technologie reste un prétexte commode à la fermeture du monde. En 2010, la secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton promettait d’«abattre les rideaux de fer numériques», en référence au vaste système de censure chinois déployé en ligne. Neuf ans plus tard, il n’est question ni de discours ni de censure, mais d’un décret présidentiel et de guerre technologique. En décidant de bannir le géant chinois Huawei du sol américain et en intimant à Google de cesser toute relation d’affaires avec la firme de Shenzhen, Donald Trump confère aux Etats-Unis des pouvoirs exorbitants sur les chaînes de valeurs technologiques mondiales.

Diffus, les enseignements de cette escalade entre Washington et Pékin doivent inciter à évaluer la portée des actions de la Maison Blanche. L’affaire Huawei illustre tout à la fois le repli technologique américain, qui tranche avec la doctrine historique des Etats-Unis en matière numérique, et la crainte de Washington de perdre sa supériorité technologique face à Pékin. Depuis deux décennies en effet, Washington a fait du contrôle des données l’axe prioritaire de sa stratégie économique centrée autour de ses géants de la tech et de sa stratégie de sécurité. Ces deux éléments se conjuguaient dans une longue tradition d’open door policy («doctrine de la porte ouverte») visant à l’ouverture des marchés et au maintien de la prééminence américaine. Symbolisée par Barack Obama, cette politique est désormais contestée par Donald Trump.

La suite ici :https://www.liberation.fr/debats/2019/05/24/donald-trump-et-l-affaire-huawei-un-pari-hasardeux_1729269

3.06.19

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.