Donald Trump, la solitude du mineur de fond


mineur

 

En revenant sur les mesures environnementales de l’administration Obama, la Maison Blanche vole au secours d’un secteur dont le déclin semble inéluctable, sans se soucier de son impact sur le climat.

 

 


Les gigantesques feux de forêt qui ont ravagé une partie de la Californie pendant l’été, les records de températures observés dans plusieurs coins des Etats-Unis et la sécheresse extrême qui touche actuellement 131 millions d’Américains n’ont pas convaincu Donald Trump de la nécessité de lutter contre le réchauffement climatique. Le 21 août, lors d’un meeting à Charleston, en Virginie occidentale, il a présenté en grande pompe le nouveau plan de l’Agence de protection de l’environnement (EPA) pour réguler les émissions de polluants et gaz à effet de serre.

«Ce texte est conçu pour aider l’industrie du charbon, tranche Julie McNamara, analyste spécialiste de l’énergie à l’Union of Concerned Scientists. Il impose les normes les plus basses possible et donne des moyens de les contourner à la seule condition que des travaux d’amélioration soient faits sur les centrales.»

Le président américain n’a jamais caché sa volonté de relancer une industrie du charbon en plein déclin. Dès la campagne électorale pour la présidentielle en 2016, il clamait vouloir mettre fin à la «guerre contre le charbon» menée selon lui par Barack Obama. Il s’est ensuite entouré, à Washington, de lobbyistes ou anciens du secteur des énergies fossiles. L’exemple le plus frappant est celui d’Andrew Wheeler, l’actuel directeur de l’EPA, l’agence américaine de l’environnement, qui a travaillé pour une firme dont un des clients n’est autre… que Murray Energy, autoproclamée «plus grande entreprise minière en Amérique».

La suite ici :http://www.liberation.fr/planete/2018/08/27/donald-trump-la-solitude-du-mineur-de-fond_1674837

1.09.18

 

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.