Donald Trump s’emmure dans la question migratoire



 

En annonçant vendredi vouloir déclarer l’urgence nationale pour récupérer des fonds fédéraux afin de construire son mur le long de la frontière mexicaine, le président américain a indigné jusqu’à son propre camp.




Dans un discours décousu et désinvolte, visiblement improvisé sans prompteur et ponctué de digressions – des relations commerciales avec Pékin à sa rencontre prochaine avec le leader nord-coréen Kim Jong-un -, Donald Trump a, vendredi matin depuis la roseraie de la Maison Blanche, fait une annonce lourde de conséquences. «Je vais signer une urgence nationale, a-t-il déclaré. Nous parlons d’une invasion de notre pays : nous sommes envahis par les drogues, les gangs, les gens», a-t-il avancé pour justifier cette procédure rare, qui autorise le président des Etats-Unis à contourner le Congrès et à siphonner des fonds fédéraux (lire ci-contre).

Le compromis budgétaire voté jeudi par le Congrès ne comprenait qu’un quart du montant exigé par Trump pour construire son «grand et beau mur», symbole de sa politique de lutte contre l’immigration clandestine et obsession depuis la campagne présidentielle de 2016. Le Président a donc décidé de passer outre. Il pourrait ainsi mobiliser 8 milliards de dollars (plus de 7 milliards d’euros), notamment dans des fonds prévus pour l’armée, a annoncé la Maison Blanche. Alors que Donald Trump s’exprimait, la porte-parole Sarah Sanders a publié sur Twitter une photo montrant le Président en train de signer ladite déclaration d’urgence nationale pour «résoudre la crise humanitaire et de sécurité nationale à la frontière sud», signe que l’affaire est déjà pliée.

Les bases légales de cette procédure d’urgence, d’habitude utilisée par les présidents pour répondre à des catastrophes naturelles, sanitaires, ou à des attentats terroristes, sont déjà contestées de toutes parts. Trump a dit qu’il s’attendait à ce que sa déclaration soit immédiatement combattue devant les tribunaux, «jusque devant la Cour Suprême», anticipe-t-il. «Mais je gagnerai», a-t-il affirmé. Il n’a cependant pas aidé sa cause quand il a affirmé, lors de son étonnante logorrhée vendredi, qu’il n’avait «pas besoin d’une déclaration d’urgence pour construire le mur» mais qu’il voulait «juste aller plus vite», invalidant lui-même le caractère «d’urgence» de sa décision.

La suite icihttps://www.liberation.fr/planete/2019/02/15/donald-trump-s-emmure-dans-la-question-migratoire_1709700

17.02.19

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.