Donald Trump, « un tout petit président » sans cap face à l’énorme tempête coronavirus




Les Etats-Unis sont désormais le troisième pays le plus touché en nombre de cas recensés, derrière la Chine et l’Italie. Mais Donald Trump s’impatiente.  Il veut une levée »rapide » des restrictions, d’ici mi-avril. Obsédé par la campagne présidentielle, il est tétanisé par le risque d »une récession économique qui pourrait lui barrer la route


Après avoir minimisé – et moqué – la menace sanitaire pendant des semaines, puis s’être posé en président rassembleur d’un pays « en guerre », il multiplie désormais les messages ambigus sur les restrictions en place pour limiter la propagation du Covid-19.

Le gouvernement fédéral et les Etats avancent en ordre dispersé, démocrates et républicains peinent à trouver un accord sur un plan de relance massif (près de 2.000 milliards de dollars).

Si la recherche d’un équilibre entre objectifs de santé publique et survie économique du pays est un débat légitime, la façon dont le locataire de la Maison Blanche multiplie les coups de barre sans cohérence apparente laisse ses adversaires – comme certains de ses alliés – sans voix. « Nous ne pouvons laisser le remède être pire que le mal lui-même », a-t-il lancé dimanche soir peu avant minuit dans un tweet en lettres majuscules.

« A la fin de la période de 15 jours, nous prendrons une décision sur la direction que nous voulons prendre! », a-t-il ajouté, sans la moindre précision sur ce qu’il envisageait pour les semaines cruciales à venir.

La suite ici :Donald Trump, « un tout petit président » sans cap face à l’énorme tempête coronavirus

26.03.20

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.