D’où vient « Black Lives Matter », le cri de ralliement de la jeunesse antiraciste?




Le slogan est ancré dans le paysage politique américain depuis plusieurs années. Il est né en 2013 après l’acquittement de George Zimmerman, qui a tué un adolescent noir, Trayvon Martin. Retour sur l’histoire de ce mouvement.


Ni chef, ni représentation politique mais partout le même slogan, crié dans les manifestations, écrit sur les pancartes et sur les réseaux sociaux : Black Lives Matter (« les vies des Noirs comptent », en français).

Depuis la mort de George Floyd, un Afro-Américain tué par la police lors d’une interpellation le 25 mai à Minneapolis (Minnesota), le slogan a refait surface et inonde même, depuis lundi, les réseaux sociaux, notamment sur Instagram où il était accompagné d’une photo noire en soutien aux manifestations d’ampleur ayant suivi la mort de George Floyd.

A eux seuls, ces mots désignent les violences policières dans les communautés noires et le racisme systémique aux Etats-Unis. En quelques années, Black Lives Matter est devenu le symbole de la lutte antiraciste et s’est ancré dans le paysage politique américain. Des manifestations contre les violences policières de Ferguson (Missouri), après la mort de Michael Brown, à celles de New York, après la mort d’Eric Garner, en passant par les manifestations de Charleston (Caroline du Sud), après la tuerie raciste de l’église Emanuel, et aujourd’hui dans toute l’Amérique, Noirs et antiracistes se sont rangés derrière ce mot d’ordre.

Le cri de ralliement est né il y a sept ans, en juillet 2013, après l’acquittement du vigile George Zimmerman, le meurtrier de Trayvon Martin, un adolescent noir de 17 ans non armé abattu par balle en Floride, le 26 février 2012. Choquée, Alicia Garza, une activiste et militante des droits homosexuels de Oakland, en Californie, poste alors un texte sur sa page Facebook appelant ses amis à se mobiliser pour faire en sorte que « les vies noires comptent ».

La suite ici :D’où vient « Black Lives Matter », le cri de ralliement de la jeunesse antiraciste ?

4.06.20

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.