Les trolls de la droite alternative américaine n’ont pas de pouvoirs magiques


droite alternative

Les dynamiques internes à la droite et à la gauche ont conduit à des modèles de réception et d’utilisation différente d’internet : à droite, Facebook et Twitter ont permis de contourner la puissance des chiens de garde que représentent les médias traditionnels.


Affirmer que les trolls de la droite alternative américaine sur le net ont été un facteur déterminant de la victoire de Trump minimise les tendances qui ont amplifié leur influence, soulignent Jessica Beyer (@jibeyer), Gabriella Coleman @biellacoleman) et Whitney Philipps (@wphillips49, auteure notamment d’un livre sur les rapports entre la culture mainstream et les trolls en ligne), spécialistes des trolls studies, dans MotherBoard. Si les trolls ont un héritage culturel homogène, ils demeurent un groupe totalement hétérogène, allant de blagueurs inoffensifs à des agresseurs impitoyables. La droite alternative américaine n’a pas métastasé le trolling, rappellent les chercheuses.

Si les trolls de la droite alternative ont inondé les médias sociaux de mèmes et ont contribué à participer à l’élan global que rencontrait la campagne de Trump, affirmer qu’ils ont été un facteur décisif de sa victoire, c’est minimiser bien d’autres tendances culturelles, sociétales et médiatiques. La couverture médiatique a amplifié leurs messages et l’utilisation par Trump lui-même de ces messages a renforcé ces effets, rappellent-elles.
La suite ici : Les trolls de la droite alternative américaine n’ont pas de pouvoirs magiques | InternetActu.net

31.03.17

Ana

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.