L’aberration des droits numériques de MIT Press


droits numériques

La connaissance, produite par l’argent public, est ensuite donnée à des entreprises privées qui, sans avoir eu un quelconque rôle dans le processus de production, deviennent les seuls détenteurs de l’accès à cette connaissance.

J’achète souvent des livres numériques sur Amazon. Je m’en veux parce que j’aimerais contribuer à un marché plus diversifié et aussi parce que la politique de DRM (digital rights management) de Kindle est insupportable. Mais le processus d’achat est tellement simple et rapide que la plupart du temps je n’ai pas envie de faire l’effort d’aller acheter sur les sites des éditeurs. Il faut dire également que les éditeurs ont souvent de la difficulté à mettre en place des sites fonctionnels et qu’ils ont très fréquemment des politiques de DRM tout aussi absurdes que celle d’Amazon.

Pour acheter le livre de Stéfan Sinclair et Geoffrey Rockwell, Hermeneutica, publié récemment chez MIT Press, j’ai décidé de fournir cet effort en me rendant sur le site de l’éditeur. Il s’agit d’un ouvrage académique : on sait pertinemment que, si les DRM peuvent avoir un sens pour les livres destinés au grand public, c’est loin d’être le cas pour un livre académique. Les ventes sont si confidentielles que le risque d’en perdre à cause du partage d’un fichier sans DRM est minime.

La suite ici : L’aberration des droits numériques de MIT Press

15 06 16

Ana

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.