Du Chili au Liban, le retour du social






Alors que le mouvement ouvrier se dressait hier dans l’usine contre les maîtres du travail, les acteurs sociaux s’en prennent aujourd’hui à l’Etat. Et contrairement à 1968, ces mouvements expriment davantage un refus qu’ils ne promettent une nouvelle ère.




Au Chili, la hausse du prix du métro déclenche une mobilisation sans précédent, et le gouvernement réprime, puis recule. Au Liban, le projet d’une taxe sur WhatsApp suscite une contestation tout aussi impressionnante et au bout de moins de deux semaines, le Premier ministre Hariri démissionne. En Equateur, l’annonce d’une hausse du prix des carburants génère une puissante colère populaire, et indigène – ce qui n’est pas sans rappeler la naissance en France, un an plus tôt, du mouvement des gilets jaunes, refusant eux aussi une telle hausse. En Irak, une protestation lourde de revendications sociales met d’abord en cause la corruption et l’incurie du pouvoir, dont elle veut la chute. Etc.

Dans plusieurs pays, des pans entiers de la population se dressent sur des enjeux proprement sociaux. Le phénomène sera-t-il comparable au «printemps des peuples» qui a enflammé toute l’Europe en 1848 ou, plus proche de nous, au mouvement de 1968, véritablement mondial ? S’il est trop tôt pour formuler sur lui un jugement historique, il ne l’est pas pour en souligner les faiblesses actuelles. Quatre caractéristiques méritent examen.

La première a trait à la violence.

Aussi bien le recours par le pouvoir à une violence policière ou militaire débordant le cadre d’un usage tempéré de la répression que l’émergence d’une violence contestataire apportent un message inquiétant : utilisée de façon démesurément répressive, la violence d’Etat perd sa légitimité démocratique, tandis que celle d’en bas, symétriquement, en trouve une en se mettant au service de la protestation et en contribuant éventuellement au recul du gouvernement.

La suite ici :https://www.liberation.fr/debats/2019/11/05/du-chili-au-liban-le-retour-du-social_1761700

8.11.19

 

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.