Du « grand remplacement » à « Christchurch »: quel rôle pour les médias?



 

 




Cet extrémiste de droite théorise le remplacement de la population « de souche » européenne par une population extra-européenne.  Camus y oppose le « eux », les envahisseurs arabo-musulmans et le « nous » français européens de souche. Ce prétendu concept a été porté dans les médias par des politiques de la droite et de l’extrême droite ou par des intellectuels comme Alain Finkelkraut.

 




L’éminent sociologue Pierre Bourdieu avait déjà pointé ce problème : « Actuellement, un des grands obstacles à la connaissance du monde social, ce sont eux (ces intellectuels). Ils participent à la construction de fantasmes sociaux qui font écran entre une société et sa propre vérité« .

Et n’est-ce pas souffler sur les braises que d’offrir le tapis rouge sur les ondes ou à la télé à des personnes qui portent des propos qui attisent la haine et la peur de l’autre ? Tous ces débats où l’on polarise, où l’on oppose les points de vue jusqu’à la caricature sur les plateaux alimentent régulièrement la peur de l’autre :  halal, hijab de running, visibilité des minarets, prénoms du calendrier chrétien. Tout cela creuse le lit de la haine. Et c’est exactement le but recherché par l’Etat islamique, opposer la société en deux camps.

On y parle souvent d’invasion, de peur, on titre à coups d’opposition occident versus islam, on souligne le danger communautariste, et ce ne sont que quelques exemples. Manifestement les 50 morts de Christchurch ne changent rien à la donne. Juste après les attentats de Nouvelle-Zélande, David Pujadas sur LCI donnait la parole à Philippe De Villiers ou Robert Ménard des adeptes des théories de Renaud Camus. Pourtant, politologues, démographes, économistes, sociologues ont apporté la preuve que le « Grand Remplacement » était un fantasme.

La suite ici : Du « grand remplacement » à « Christchurch »: quel rôle pour les médias?

20.03.19

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.