Écosse: Brexit ou indépendance? Pas si simple…


indépendance

Londres ne veut pas à avoir à gérer la question écossaise alors même que le Brexit devra être négocié. Or, c’est précisément ce que propose Nicola Sturgeon avec des dates de référendum qui s’inscrivent à la fin de la période de deux ans prévue pour les négociations de sortie de l’UE.


L’indépendance écossaise revient sur le devant de la scène. Ce lundi 13 mars, la Première ministre écossaise Nicola Sturgeon a annoncé qu’elle voulait un second référendum sur l’indépendance de l’Écosse « entre l’automne 2018 et le printemps 2019 ». Le chef de l’exécutif régional entend cependant, pour le moment, rester dans le cadre de la législation en cours. Elle demandera ainsi au parlement écossais de demander au parlement britannique de déclencher la « section 30 » de l’Acte de l’Écosse qui permet d’organiser une telle consultation.

Et ce n’est pas un hasard si cette annonce intervient alors que l’on pensait que Londres allait déclencher l’article 50 du traité de l’UE, celui qui prévoit le divorce, ce mardi 14 mars (il devrait finalement l’être fin mars). L’Écosse est en effet juridiquement contrainte de suivre le Royaume-Uni dans son processus de sortie de l’UE. La Haute Cour a rejeté l’idée d’un « feu vert » nécessaire des parlements des trois régions aux pouvoirs dévolus (Pays de Galles, Irlande du Nord et Écosse) pour cette procédure. Et si Theresa May a promis d’écouter les autorités écossaises, rien ne l’oblige à les entendre.
La suite ici : Ecosse : Brexit ou indépendance ? Pas si simple…

15.03.17

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.