Elections en Espagne: vers un nouveau Big Bang politique européen?


Elections en Espagne

Si dimanche, un électeur espagnol choisit le PSOE, il ne sait pas si les députés socialistes permettront un gouvernement de gauche radicale ou appuieront un gouvernement modéré. S’il fait le choix du PP, il ne sait pas si Mariano Rajoy aura la hauteur de vue pour s’en aller et laisser la place à un leader conservateur crédible, à peu près propre et conscient des enjeux à venir.


Six mois après l’élection d’un Parlement qui n’est pas parvenu à former un gouvernement, l’Espagne retourne voter ce dimanche. Pour Benoît Pellistrandi, les acteurs politiques n’ont pas tiré les leçons d’un blocage qui risque de peser lourd sur l’avenir de l’Espagne.

Tous les commentaires et toutes les enquêtes préélectorales convergent pour décrire une situation presque bloquée en Espagne. Six mois après avoir voté pour renouveler députés et sénateurs, 36,5 millions d’électeurs sont rappelés aux urnes puisque la onzième législature n’a accouché d’aucun gouvernement. La construction d’une majorité parlementaire après l’éclatement du bipartisme s’est fracassée sur les divisions de la gauche et sur l’immobilisme de la droite.

La suite de cet article de Benoît Pellistrandi, professeur en classes préparatoires au lycée Condorcet à Paris et spécialiste de l’histoire espagnole, ici : Elections en Espagne : vers un nouveau Big Bang politique européen ?

25 06 16

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.