Elio Di Rupo en a (enfin) marre des parvenus



C’est donc le grand nettoyage chez Nethys. Le conseil d’administration a démissionné et l’assemblée générale « décidera de procéder au remplacement immédiat du conseil d’administration et du management de Nethys ». Cette décision tombe deux ans après le vote à l’unanimité de la commission d’enquête parlementaire qui prévoyait le remplacement du management de Nethys. Pourquoi seulement maintenant ? Pourquoi est-ce qu’il a fallu autant de temps ?





Comment se fait-il que les gouvernements PS-CDH puis MR-CDH n’aient pas fait preuve d’autorité avant ? Comment expliquer qu’ils aient accepté d’être ridiculisés par Stéphane Moreau, jusqu’à être sèchement battus dans les urnes ? La réponse se trouve aux confins de la psychiatrie, de la vénalité, de la particratie et des rapports complexes de Liège avec le reste de la Wallonie.

La décision est d’autant plus étonnante qu’au fond, les faits révélés sont dans la droite ligne de ce qui se déroule depuis trois ans. Au bout du compte, tout continue comme avant. Le projet d’avoir une entreprise industrielle publique ancrée à Liège continue d’être dévoyé par des petits arrangements entre amis. L’entre-soi et l’opacité ont présidé à la création du groupe, ils président aussi à sa dislocation. Ce qui change, est ailleurs. Ce n’est pas de détonateur qui est nouveau, c’est le mélange explosif.

La majorité PS-CDH qui était en place au début du scandale, a laissé sa place en 2017 a une majorité MR-CDH. C’est elle qui était aux manettes au moment de la cession des actifs et qui à fait avec. Elle à fait avec Stéphane Moreau et sa garde rapprochée. Ensuite il y a eu la sanction électorale, l’arrivée d’Ecolo au pouvoir depuis quelques semaines. Ecolo qui avec le PTB, les deux vainqueurs du scrutin, demandait depuis le début de faire le ménage.

Mais il y a autre chose. C’est ce qui s’est passé en coulisse au sein du PS. Ce n’est pas un hasard, dans une semaine, le PS va se choisir un nouveau président. C’est la fin de l’ère Di Rupo et le début de l’ère Magnette.

La suite ici  : Elio Di Rupo en a (enfin) marre des parvenus

8.10.19

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.