Émeute à Gand: « Ce qui frappe, c’est la différence de traitement médiatique et politique »


Emeute à Gand

Et c’est là qu’il faut parler de racisme. Une différence de traitement politique d’un évènement justifiée par l’origine ethnique des protagonistes. Il faut doublement parler de racisme, parce que les médias et les politiques ont été discriminants à l’égard des auteurs selon qu’ils soient « issus de l’immigration » ou Flamands, mais aussi et c’est – à mon sens – le pire, à l’égard des victimes.


Dimanche passé, à Gand, une manifestation de 300 supporters de foot a tourné à l’émeute raciste. Les manifestants scandaient le slogan « Roma’s Buiten ». Du côté francophone du pays, c’est le silence radio. Aucun média n’en parle, aucun politique ne se lance dans des analyses diverses et variées sur des thèmes comme la qualité de l’enseignement en Flandre ou la manière dont les Flamands élèvent leurs enfants. La présence de l’extrême droite flamande, du Vlaams Belang et de groupuscules néonazis comme « Soldiers of Odin » n’a ému personne.

Pourtant, tous les journaux du pays ont parlé et reparlé des émeutes de Bruxelles, deux semaines avant. Là les 300 émeutiers étaient « issus de l’immigration » et tout le monde a du se positionner sur leur intégration, sur les écoles de Bruxelles, sur le système judiciaire qualifié de « laxiste », … et j’en passe.

Les titres des journaux valaient leur pesant d’or: « Appels à une répression dure » (De Standaard), « D’abord punir, et puis discuter » (Het Laatste Nieuws), « Il faut une prise en charge musclée » (Het Nieuwsblad), « Émeutes après la qualification du Maroc »(La Libre), « Échauffourées à Bruxelles après la qualification du Maroc » (le Soir), « Bagarres près de la Bourse »…


La suite ici : Émeute à Gand: « Ce qui frappe, c’est la différence de traitement médiatique et politique »

7.12.17

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.