Inefficace, coûteux, mortel, l’emmurement du monde se poursuit


emmurement du monde

Alors que les murs contribuent à étioler la coopération et la communauté internationale, les problèmes globaux progressent : insécurité alimentaire, conflits, insécurité environnementale, changements climatiques, déplacements massifs de population… nombreux sont les enjeux qui mènent à la construction des murs, vains paravents qui finiront, à terme, par tomber.


Chaque mois paraît amener son lot de murs frontaliers. En Europe, où les États baltes, craignant un voisin envahissant et l’instabilité qu’il génère, érigent une barrière à leur frontière orientale. En Asie, le président chinois Xi Jinping appelle à la construction d’un mur d’acier autour de la région du Xinjiang. En Amérique latine, l’Équateur a, semble-t-il, amorcé la pose de panneaux de ciment à sa frontière avec le Pérou. En Afrique, le mur de barbelés, de pylônes et de ciment entre la Somalie et le Kenya est en voie de parachèvement. On est loin de l’illusion créée par la chute du mur de Berlin et des utopies d’un monde sans frontières portées par les années 1990.

Alors qu’à la fin de la guerre froide, il n’y avait que 15 frontières murées, elles sont désormais 70 à travers le monde : Le mur est devenu une nouvelle norme des relations internationales

Au point où, avec la prolifération du mur frontalier dans le monde et sa normalisation à travers le discours du nouveau président américain, les démocraties se sont appropriées ce procédé, comme s’il s’agissait d’un outil classique de la politique étrangère et de défense.
La suite ici : Inefficace, coûteux, mortel, l’emmurement du monde se poursuit

20.07.17

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.