En Belgique, le gouvernement gêné par la décision de rapatrier des enfants de djihadistes


rapatrier

 

La décision du juge des référés est un camouflet pour la ligne édictée par le gouvernement de Charles Michel, qui a décidé que la Belgique accepterait de reprendre au cas par cas les enfants des Belges partis combattre en Syrie, mais pas leurs parents si ceux-ci étaient des djihadistes avérés.

 

 


Mercredi 26 décembre, un juge de Bruxelles a ordonné à l’Etat, en référé, de prendre « toutes les mesures nécessaires et possibles » pour rapatrier d’Al-Hol, dans le nord-est syrien contrôlé par les Kurdes, six enfants nés de deux femmes djihadistes belges… Y compris en autorisant ces dernières à rentrer en Belgique pour les raccompagner.

Agés de quelques mois à 6 ans, ces enfants sont retenus avec leurs mères, des visages connus de la justice belge, toutes deux condamnées en mars à Anvers (Flandre), en leur absence, à cinq ans de prison pour avoir rejoint les rangs de combattants djihadistes en Syrie dès 2012.

Au sein de l’exécutif, l’embarras était perceptible après le jugement, qu’aucun ministre n’a commenté. « Nous analysons la situation en concertation avec les ministères de la justice et de l’intérieur », a simplement fait savoir un porte-parole du ministère des affaires étrangères, joint par Le Monde.

La suite ici : En Belgique, le gouvernement gêné par la décision de rapatrier des enfants de djihadistes

30.12.18

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.