Trump offre la Golan à Netanyahou






La décision du président américain de reconnaître l’occupation du Golan syrien par Israël révèle son mépris de la réflexion et son court-termisme. On peut redouter d’ailleurs que le président des Etats-Unis ne s’arrête pas en chemin. Que le plan de paix israélo-palestinien qu’il promet depuis son arrivée à la Maison Blanche s’inscrive dans cet alignement complet sur les positions israéliennes et débouche sur de nouvelles humiliations pour les Palestiniens,




Il fut un temps où les liens étroits entretenus par les Etats-Unis et Israël n’empêchaient pas Washington de jouer les « courtiers honnêtes » au Moyen-Orient pour parvenir à la paix. Un temps où la protection d’Israël n’était pas jugée incompatible avec le respect de la règle commune, le droit international, si fragile et disputé soit-il. Où la force n’était pas considérée comme un principe définitivement supérieur à tout autre. Ce temps-là s’est arrêté depuis l’arrivée à la Maison Blanche de Donald Trump.

Le président des Etats-Unis a apporté avec lui d’autres jauges, pour d’autres objectifs. L’heure est à la transgression, au mépris de la réflexion et de la connaissance des dossiers. Au court-termisme qui permet aujourd’hui de bomber le torse sans savoir ce que demain réservera. Le souhait exprimé par le président des Etats-Unis, jeudi 21 mars, de reconnaître l’annexion du Golan syrien, conquis militairement par Israël en 1967, s’inscrit dans cette perspective. « Aucun président ne l’avait fait », a déclaré Donald Trump jeudi, comme si cela pouvait constituer un critère pertinent dans l’Orient compliqué.

La suite ici : En offrant le Golan à Nétanyahou, Trump montre sa méconnaissance des dossiers

23.03.19

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.