Endiguer la diffusion de la haine sur les réseaux sociaux






La mort en direct. C’est le spectacle nauséeux que des centaines de milliers de personnes ont partagé sur Internet, le 15 mars. Le terroriste d’extrême droite Brenton Tarrant, qui a massacré 50 personnes dans deux mosquées de Christchurch, en Nouvelle-Zélande, avait en effet pris la cynique initiative de filmer et de diffuser en temps réel son acte sur Facebook pour lui donner encore plus de résonance.




Le réseau social a mis près d’une demi-heure pour réagir, le temps qu’un premier internaute signale le contenu de la vidéo. Trop tard. Grâce à la viralité du Web, l’ignominie s’est répandue comme une traînée de poudre après avoir été partagée sur Facebook, YouTube et différentes plates-formes alternatives.

Ce scandale montre les limites du contrôle des contenus diffusés par les réseaux sociaux et les plates-formes de partage de vidéos. Le groupe de Mark Zuckerberg affirme avoir supprimé 1,5 million de copies de la vidéo de l’attaque, dont 1,2 million avant le chargement sur la plate-forme. Nécessaire, mais pas suffisant. Outre les centaines de milliers qui ont été effectivement visionnées, des sites de téléchargement à la réputation plus ou moins recommandable ont eu tout le loisir de dupliquer et de partager le contenu incriminé.

Le problème ne se limite pas à l’incitation à un voyeurisme extrêmement malsain. Il participe d’un prosélytisme des plus dangereux. Quelques heures seulement après la tuerie, sympathisants de l’alt-right américains, néonazis et extrémistes de droite partageaient massivement la vidéo pour célébrer leur nouveau « héros », certains appelant à s’inspirer de son acte.

La suite ici : Endiguer la diffusion de la haine sur les réseaux sociaux

23.03.19

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.