Enfin, rechercher la vérité sur le Congo et la Belgique…



 


Dans le fracas des statues précipitées au sol et des cris de protestation, les politiques s’émeuvent enfin, se demandent pourquoi tant de colère. Il était temps qu’ils se posent la question et se demandent s’il n’est pas déjà trop tard. SI une commission d’enquête décide de faire le point sur ce qui s’est réellement passé durant l’Etat indépendant du Congo et durant les 80 années de la colonisation, les politiques auront malgré tout un temps d’avance sur de nombreux citoyens mais aussi sur certains historiens, certains faiseurs d’opinion et plus encore sur les économistes.

 


Certes, nul n’ignore plus rien de la chronologie des événements, mais les ressorts de la domination ont-ils réellement été démontés ? Il y en avait deux et le premier, que Léopold II affichait sans honte, c’était l’appât du gain : l’entreprise « Congo » devait rapporter et l’ivoire, le caoutchouc ne tardèrent pas à rembourser les frais de la conquête.

Lorsqu’en 1908, l’Etat belge reprit la succession de l’Etat indépendant, le principe demeura le même, formulé autrement « le Congo ne doit rien coûter ». Pour beaucoup de Belges, depuis les héritiers de Léopold II jusqu’aux simples particuliers, il rapporta beaucoup : des dividendes, des salaires bien supérieurs à ceux de la métropole, des bénéfices en tout genre.

Ce compte là n’a jamais été fait, en particulier au niveau de nos grandes entreprises présentes au Congo à l’époque et même après. C’est pourquoi, en plus des historiens reconnus, il faudra s’adjoindre des franc tireurs, des gens qui ont déjà travaillé en dehors des institutions et des subventions.

La suite ici  :Enfin, rechercher la vérité sur le Congo et la Belgique…

16.06.20

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.