États-Unis. La chute de Steve Bannon


chute de Steve Bannon

Bannon s’était comparé, dans une interview avec Wolff pour The Hollywood Reporter, à Thomas Cromwell, un conseiller puissant de la cour du roi. Mais la comparaison de Bannon semble avoir été plus prophétique qu’il ne l’aurait cru. Après être tombé en disgrâce, Cromwell a été dépouillé de ses titres et exécuté.


Une chute rapide et stupéfiante pour une figure de premier plan de la droite américaine. » C’est par ces mots que Politico, site de référence du journalisme politique outre-Atlantique, qualifie la descente aux enfers de Steve Bannon. Répudié par Donald Trump et abandonné par ses alliés, l’ex-stratège de la Maison-Blanche a quitté mardi son poste de directeur exécutif de Breitbart News.

Les excuses que Steve Bannon a présentées dimanche – « de façon tout à fait inhabituelle », relève Politico – n’auront finalement pas suffi à désamorcer la polémique. « C’est une tournure d’événements renversante » pour ce « populiste de haut vol », qui « a contribué à transformer Breitbart en un mastodonte de droite » depuis la mort de son fondateur en 2012, écrit The Hill. D’autant plus qu’il « reste une figure extrêmement populaire et influente au sein de la rédaction ». Celui qui, dans d’autres vies, a été militaire, banquier d’affaires et producteur de cinéma et de télévision « est maintenant relégué à l’insignifiance politique », commente encore le site.


La suite ici : États-Unis. La chute de Steve Bannon

12.01.18

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.