Etats-Unis. Population, polarisation, élections: Collège Électoral et démocratie



La polarisation idéologique des Etats-Unis a profondément bouleversé le paysage partisan et cette évolution s’est accélérée sous la présidence Trump. Dit simplement, le parti démocrate a évolué vers la gauche, le parti républicain vers la droite. Mais plus profondément, sur les 50 dernières années, on a assisté à une réorganisation  du socle électoral de chaque parti selon des critères idéologiques certes, mais aussi et surtout raciaux, religieux et géographiques.


Ce réalignement a rendu le parti républicain beaucoup plus homogène, tandis que le parti démocrate est devenu plus « divers » et hétéroclite sur tous les plans : racial, religieux (et athée ou agnostique), géographique, et générationnel. Les démocrates doivent donc parler à un ensemble très divers d’électeurs, des blancs progressistes comme des noirs religieux, à des Américains de toute origine raciale (et de plus en plus mélangée), à des juifs comme à des catholiques, des évangéliques noirs ou blancs libéraux, des bouddhistes, des athées aussi…

Dans le même temps, le parti républicain est devenu le porte-voix des électeurs blancs, plus âgés, plus chrétiens et plus ruraux. Les trois-quarts des républicains s’identifient comme conservateurs ; la moitié des démocrates se considèrent « libéraux » (au sens américain de « progressiste », terme en passe de le remplacer d’ailleurs) – ce qui est déjà un très haut niveau historique.

La première conséquence de ce réalignement, en termes de message ou narratif, est que le parti républicain peut se concentrer sur sa base ; tandis que le parti démocrate ne peut abandonner le centre.

Aujourd’hui, les républicains contrôlent la Maison Blanche, le Sénat, la Cour Suprême et la majorité des postes de gouverneurs des Etats. Seule la Chambre des représentants est contrôlée par les démocrates. Et pourtant, les démocrates n’ont pas seulement remporté la majorité des voix dans les élections de novembre 2018 à la Chambre : ils ont aussi gagné en voix dans les trois dernières élections sénatoriales, ainsi que dans les élections présidentielles de 2016 et de 2000.

Le système politique américain compte les Etats et les districts plutôt que les gens, et la coalition électorale républicaine, parce qu’elle repose sur le vote rural, dispose d’un avantage géographique qui atténue ou même annule son désavantage numérique.

La suite ici  :Population, polarisation, élections: Collège Électoral et démocratie

26.10.20

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.