Europe : du Sarkozy chez Macron





Dans une tribune publiée ce mardi, Emmanuel Macron a donné des gages, notamment sur l’immigration, aux conservateurs européens.

S’il ne renonce pas à proclamer que le nationalisme est une impasse, Emmanuel Macron baisse clairement d’un ton. Dans sa tribune publiée ce mardi dans les vingt-huit Etats de l’Union européenne, il se garde bien de dramatiser, comme il a pu le faire dans le passé, la menace d’une «lèpre»comparable à celle qui a dévasté l’Europe dans les années 30. «Nous ne pouvons pas laisser les nationalistes sans solution exploiter la colère des peuples. Nous ne pouvons pas être les somnambules d’une Europe amollie», conclut-il toutefois après avoir exposé une série de mesures susceptibles, selon lui, d’ouvrir la voie d’une «renaissance européenne».

Beaucoup de ses mesures ont d’ailleurs tout pour plaire, partout en Europe, aux électeurs de droite. La «remise à plat» de l’espace Schengen avec «une politique d’asile» et une «police des frontières» commune aux Vingt-Huit n’a-t-elle pas été le cheval de bataille des campagnes électorales de Nicolas Sarkozy ? Il y a une dizaine d’années, le même Sarkozy, alors président de la République, avait d’ailleurs lui aussi parlé d’une «nouvelle renaissance» en Europe, grâce à la mise en œuvre d’une assez nébuleuse «politique de civilisation». A l’Europe «marché sans âme», Macron oppose «un projet» fondé sur «des frontières qui protègent» et «des valeurs qui unissent». Il s’agit, poursuit-il, de «réinventer politiquement, culturellement, les formes de notre civilisation dans un monde qui se transforme».

La suite ici :https://www.liberation.fr/politiques/2019/03/05/europe-du-sarkozy-chez-macron_1713104

6.03.19

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.