Europe : la solidarité ou l’aventure



 

 


« La survie de la zone euro, écrivent deux économistes, François Geerolf et Thomas Grejbine, dans Le Monde, exige de sortir d’un jeu de dupes. Les pays du Nord ne peuvent pas continuer à  dénoncer par des arguments moraux un fonctionnement de la zone euro sur lequel repose leur modèle économique : les déficits du Sud sont le pendant du succès industriel du Nord. »

 

 


Les belles âmes politiques et médiatiques qui nous ont vendu pendant des années le credo européen de l’austérité (de préférence à visage humain) se félicitent aujourd’hui du « sursaut de solidarité » des 27. Et il est vrai que si ce service minimum — quelque 500 milliards d’euros — n’avait pas été consenti à l’arrachée pour faire face aux urgences sanitaires et sociales, il ne restait plus qu’à composer un requiem pour l’Europe.

Il faut bien noter que seuls les crédits sanitaires ont été accordés sans condition aux pays du Sud ; pour l’urgence sociale et la relance économique, c’est une autre histoire. Les pays du Nord — Allemagne et Hollande en tête n’ont, en fait, pas cédé sur la conditionnalité des aides propre au MES (Mécanisme Européen de Solidarité). Et que cette conditionnalité, en dépit de toutes les déclarations de bonnes intentions (« rien ne sera plus jamais comme avant ») demeure fondée sur une austérité dont on savait qu’elle était absurde, mais dont on mesure à présent le caractère criminel.

L’opposition tant de fois ressassée par la doxa dominante entre les — bons — pays créditeurs et les — mauvais — pays débiteurs, le tableau édifiant de nos éditorialistes entre les cigales et les fourmis devraient aujourd’hui voler en éclat devant les milliers de morts victimes d’une politique monétaire et austéritaire qui a toujours (en particulier depuis le Traité de Maastricht) bénéficié aux premiers au détriment des seconds. Même si tous aujourd’hui paient le prix de l’abandon des services publics et du rejet de l’État.

La suite ici :Europe : la solidarité ou l’aventure

14.04.20

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.