Evgeny Morozov: « Ce sera l’avènement d’un modèle néolibéral très individualisé »


Evgeny Morozov

La santé, l’éducation, les transports, la connectivité sont les prochaines étapes : les progrès dans la collecte et l’analyse des données vont consolider le poids du secteur privé, et Uber, Google, AirBnB ou Facebook proposer des services à des citoyens qui ne peuvent plus compter sur l’Etat-providence. Ce ne sera plus le vieux modèle de solidarité et de socialisation du risque, mais l’avènement d’un modèle néolibéral très individualisé. 

Evgeny Morozov, spécialiste de l’impact des nouvelles technologies, affirme que les géants d’Internet continuent à craindre les gouvernements. Mais qu’aucune alternative n’est possible sans repenser le capitalisme.

Chercheur et journaliste d’origine biélorusse, Evgeny Morozov s’est imposé en quelques années comme l’un des plus féroces détracteurs du discours des géants du Net. Après avoir déconstruit le «solutionnisme technologique», il a publié en 2015 le Mirage numérique (les Prairies ordinaires), où il opère une critique radicale de la Silicon Valley au prisme des mutations du capitalisme et de la « disparition de l’Etat social ».

Facebook et Google exaltent les vertus d’un monde hyperconnecté et affirment vouloir « changer le monde ». Que dit ce storytelling, très prégnant dans la Silicon Valley, des sociétés occidentales ?

À la différence d’un fabricant de tracteurs ou de réfrigérateurs, les entreprises technologiques se développent en s’appuyant sur des pratiques, des secteurs, des relations sociales et en essayant de les réinventer de manière à rapporter le plus d’argent possible à ceux qui contrôlent les réseaux numériques – elles-mêmes.

La suite de cet entretien ici : Evgeny Morozov : «Ce sera l’avènement d’un modèle néolibéral très individualisé» – Libération

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.