Exceptionnalisme: la diplomatie du chacun pour soi


Exceptionnalisme

Pour résumer, être exceptionnel obligeait. Lorsque l’on parle « d’exception culturelle française » dans les négociations commerciales internationales, c’est au nom d’une mission culturelle prétendument universelle. Désormais, être exceptionnel autorise.


En se dégageant des affaires internationales, Donald Trump donne un sens nouveau à l’exceptionnalisme américain. Mais, dans un monde où de plus en plus de pays se veulent exceptionnels, c’est l’idée de règle commune qui en pâtit.

« America first ! » Le mantra du président américain n’en finit pas de secouer les relations internationales, entre mesures protectionnistes et attentisme sur plusieurs dossiers internationaux. Jusqu’à son arrivée au pouvoir, le monde vivait sous la règle de l’exceptionnalisme américain. Les dirigeants des États-Unis étaient convaincus que la singularité de leur nation entraînait une responsabilité toute spéciale dans les affaires du monde. Sur quoi repose ce sentiment ?


La suite ici : Exceptionnalisme: la diplomatie du chacun pour soi

7.04.18

Ana

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.