Facebook poursuit son ambition de remplacer l’État


remplacer l'Etat

En deux jours, coup sur coup, Facebook a annoncé déployer ses outils de surveillance de masse pour détecter les comportements suicidaires puis pour lutter contre le terrorisme. La concomitance de ces annonces révèle parfaitement la politique de fond du réseau social hégémonique : se rendre aussi légitime que les États et, avec l’accord bien compris des « démocraties libérales », remplacer celles-ci pas à pas.


Hier, Facebook a détaillé la mise en œuvre de sa lutte automatisée contre les contenus à caractère terroriste, qu’il avait déja annoncée en juin dernier. Il explique fièrement que « 99% des contenus terroristes liés à Al-Qaeda et ISIS retirés de Facebook sont des contenus détectés avant que qui que ce soit ne les ait signalés et, dans certains cas, avant qu’ils ne soient publiés ». Facebook n’a ainsi plus aucune honte à avouer ses intentions : la lutte contre la parole terroriste en ligne n’est plus du ressort de l’État — Facebook est bien plus efficace ! Cette lutte n’est plus fixée selon des normes débattues démocratiquement, mais laissée à l’unique volonté politique d’entreprises capitalistiques, qui n’ont aucun compte à rendre au peuple.

Par ailleurs, avant-hier, Facebook annonçait déployer ses outils de surveillance de masse pour détecter des comportements suicidaires afin d’apporter l’aide nécessaire aux personnes en détresse. La démarche ne serait pas si critiquable si elle n’était pas automatisée, si les utilisateurs pouvaient choisir d’échapper à l’analyse (ce n’est pas le cas) et s’il ne s’agissait pas d’une simple expérimentation pour des usages bien plus larges. Comme s’est empressé d’expliquer Mark Zuckerberg, « dans le futur, l’IA sera davantage capable de comprendre la subtilité du langage et sera capable d’identifier différents problèmes au-delà du suicide, notamment détecter rapidement davantage de cas de harcèlement ou de haine ».


La suite ici : Facebook poursuit son ambition de remplacer l’État

5.12.17

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.