Grande-Bretagne, Italie: quand les nationaux-populistes font courir des risques (à leur peuple)






Boris Johnson et Matteo Salvini font les “fiers à bras” mais les citoyens, anglais et italiens, s’inquiètent aussi des risques que font courir des postures, qui tournent le dos à la fois aux traditions démocratiques et aux intérêts (économiques, sociaux et géopolitiques) de ces nations européennes.


Les surenchères et les postures radicales sont souvent, quand elles sont répétées, des marques de faiblesse. Elles sont aussi une marque de fabrique: la fuite en avant et la confrontation brutale aux ”élites” ont pu faire, dans quelques circonstances, le succès des nationaux-populistes, mais elles tracent aussi toutes les limites de l’exercice du pouvoir par ces forces politiques.

Boris Johnson en Grande-Bretagne, Matteo Salvini en Italie, chacun à leur manière, sont entrain d’expérimenter les limites de la radicalité national-populiste. Et ce n’est pas un hasard si leur fuite en avant vise, dans les deux cas, le Parlement, pourtant central dans la culture politique de ces deux grandes démocraties européennes.

Le britannique n’a pas hésité à prendre le grand risque de heurter la grande tradition parlementaire anglaise. Il pense sans doute être, seul, l’homme de la situation, le représentant d’une révolte des peuples contre les élites et ses corps intermédiaires. L’italien, lui, a rompu brutalement aussi l’alliance (avec 5 étoiles) qui l’avait pourtant fait accéder au gouvernement. Il pense aussi, seul, pouvoir “marcher sur Rome” et emporter les prochaines élections contre tous les autres, y compris ses anciens alliés.

Mais ne sont-ils pas aveuglés par leur propre outrecuidance? La virulence de leur posture a pu plaire dans des périodes particulières, où “la menace” des migrants a été instrumentalisée, dans ces deux pays, comme un épouvantail attractif pour nombre d’électeurs apeurés. Mais l’exploitation des peurs suffit-elle à assurer une bonne politique, et surtout un avenir pour les peuples concernés?

La suite ici : BLOG – Grande-Bretagne, Italie: quand les nationaux-populistes font courir des risques (à leur peuple)

30.08.19

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.