Il faut dire un non ferme à la société de surveillance, même temporaire



 

Jusqu’où les gouvernements sont-ils prêts à aller pour faire respecter les nouvelles règles ? Surtout, seront-ils capables de revenir en arrière une fois la crise passée ?


La pandémie que nous subissons est une crise hors norme. Certains ont utilisé le qualificatif de guerre. Partout, les citoyens ont peur. Nous avons peur pour notre santé, pour celle des autres et de plus en plus nous sommes terrifiés par les conséquences économiques et sociales de cette crise.

La demande numéro un faite aux gouvernants est celle d’une double sécurité, sanitaire et économique.

Pour répondre et nous protéger, souvent au prétexte paternaliste de nous responsabiliser, un peu partout sur la planète, les responsables gouvernementaux et administratifs exigent des outils institutionnels supplémentaires. Pas moins de 84 pays ont ainsi décidé de promulguer des lois d’urgence qui donnent des moyens et surtout des pouvoirs exceptionnels aux gouvernements.

Face à un tel cataclysme, il y a eu, côté politique et administratif, comme souvent, dans un premier temps, le déni du réel. On l’a vu en Chine, aux USA, au Brésil, en Grande-Bretagne… en France aussi ! Est ensuite venue la nécessité d’habiller ce qu’on ne comprends pas. Puis la narration bascule, on dramatise la situation et on ouvre, parfois même dans des régimes normalement très apaisés, la porte aux attaques concrètes contre la démocratie.

Sans caricaturer le réel on peut même parfois légitimement s’inquiéter de la porosité entre démocraties de crise et régimes autoritaires.

L’applications d’outils digitaux de surveillance généralisée, l’utilisation potentielle de drones, l’introduction de capteurs de reconnaissance faciale, la mobilisation de délations … gagner la guerre contre le virus justifierait le basculement, temporaire certes, dans un espace temps hybride entre démocratie et société de techno-surveillance autoritair

La suite ici :Il faut dire un NON ferme à la société de surveillance, même temporaire

1.05.20

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.