« Il n’y a pas de volonté politique d’en finir avec les violences faites aux femmes en Belgique »




La France s’écharpe actuellement sur les façons de lutter contre les violences conjugales et le gouvernement s’embourbe dans des initiatives maladroites. Mais le débat est au moins sur la table, contrairement à chez nous.






Le cap des 100 femmes assassinées depuis le début de l’année a été franchi cette semaine en France, alors que le Grenelle sur les violences conjugales (soit une rencontre entre le gouvernement et les acteurs sociaux) s’ouvre aujourd’hui. Une initiative très critiquée, ayant du mal à cacher son allure de sparadrap sur une plaie ouverte. Le pays s’agite et le débat part dans tous les sens. « Mais au moins, il y a un débat », lâche Céline Caudron, coordinatrice de l’association Vie féminine. Chez nous, au moins quinze femmes ont perdu la vie depuis le début de l’année. « En Belgique, personne ne s’en préoccupe, alors que la réalité est la même. Elle est peut-être même pire, on n’en sait rien. » Le constat est amer et les propos sont cash.

On a pourtant l’impression que l’on parle plus des violences faites aux femmes qu’avant ?

Il y a effectivement une plus large prise de conscience dans l’opinion publique, mais c’est principalement grâce aux associations de terrain. Par contre, le débat est totalement absent du monde politique. Leurs récentes préoccupations sonnent surtout comme de la com. On veut bien croire à leur volonté d’agir, mais ils ne font rien concrètement pour le prouver. Certains vont parfois à la rencontre des associations mais on les compte sur les doigts de la main. La meilleure preuve, c’est le non-respect de la convention d’Istanbul. En 2016, la Belgique avait ratifié ce premier texte international contraignant en matière de lutte contre toutes les formes de violence envers les femmes. Trois ans plus tard, on s’est rendu compte que 80% de la Convention est peu ou pas du tout respecté chez nous…

La suite ici :« Il n’y a pas de volonté politique d’en finir avec les violences faites aux femmes en Belgique »

5.09.19

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.