«Il y aura dans l’histoire d’Israël le fondateur, Ben Gourion, et le refondateur, Nétanyahou»


refondateur

 

Bien avant Trump,  Netanyahou a inauguré et banalisé un mode de gouvernement brutal, dit «illibéral». Alors que des élections anticipées doivent se tenir le 9 avril en Israël, l’historien Jean-Pierre Filiu publie Main basse sur Israël. Nétanyahou et la fin du rêve sioniste (La Découverte, 2019), un essai cash qui explique pourquoi il faut prendre le Premier ministre israélien très au sérieux.

 

 


On aurait tort de le voir comme un accident de l’histoire. En France, nous avons toujours tendance à en discuter à l’aune du conflit israélo-palestinien, chacun campant sur des positions rarement remises en question. Il y a de la part des opposants à Nétanyahou, comme d’ailleurs de la part des opposants à Trump, une forme spontanée de rejet et de mépris. Benyamin Nétanyahou ne serait pas intéressant, trop grossier, incontrôlable. Moi, je le prends très au sérieux. C’est un grand politique et même un «refondateur». Il y aura dans l’histoire le fondateur d’Israël, David Ben Gourion, et le refondateur, Benyamin Nétanyahou.

Il nous renvoie à la genèse d’Israël. Il incarne la revanche de Zeev Jabotinsky, leader de l’aile droite du mouvement sioniste, sur le fondateur travailliste Ben Gourion. Il réécrit le récit national aux dépens de celui des pionniers progressistes d’Israël. Benyamin Nétanyahou ne parvient à devenir un «refondateur» qu’après avoir vaincu deux grands généraux et premiers ministres : Yitzhak Rabin et Ariel Sharon. Il a entretenu le climat de haine qui favorise, en 1995, l’assassinat de Rabin, ainsi que le montre le documentaire d’Amos Gitai, le Dernier Jour d’Yitzhak Rabin, (2015).

Quant à Sharon, avant de sombrer en 2006 dans un coma qui le conduira à la mort, il pensait avoir neutralisé Nétanyahou, sauf que celui-ci ne laisse jamais tomber, c’est un lutteur, un survivant. C’est lui qui a introduit cette violence dans le débat politique israélien. Et cela n’a fait que s’aggraver.

La suite ici : https://www.liberation.fr/debats/2019/01/10/jean-pierre-filiu-il-y-aura-dans-l-histoire-d-israel-le-fondateur-ben-gourion-et-le-refondateur-neta_1702113

12.01.19

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.