Indignations : une certaine fatigue


indignations

 

 

Choisir de s’informer sur les réseaux sociaux, c’est s’exposer à une grêle quotidienne de stupeurs et de sidérations. Au risque de la surdose. Peut-être est-ce d’ailleurs cette surdose permanente qui sauvera les médias traditionnels.

 

 

 


Si les médias traditionnels ont souvent été accusés d’être anxiogènes, les nouveaux médias, eux, sont «indignogènes». S’informant jadis par le JT, on était assaillis de statistiques désastreuses, de sommets de la dernière chance sans aucune chance, de menaces de catastrophes économiques, militaires, terroristes ou climatiques. Les nouveaux médias, eux, constitués d’assemblages de pulsions exprimant la stupeur, l’incrédulité, la sidération ou le dégoût («je n’ai pas de mots», «je vais vomir et je reviens», «glaçant»), davantage que de discours construits, suscitent moins d’inquiétude qu’une logique indignation en retour.

Choisir de s’informer sur Twitter de la marche du monde, c’est s’exposer à une grêle quotidienne de sujets d’indignation. Vous avez entendu la dernière de Gérard Collomb ? Il explique que les manifestants, même pacifiques, sont coresponsables des dégâts provoqués par les «black blocs». Ce serait à eux de s’opposer, et de s’interposer. Pardon, c’était l’avant-dernière. Collomb vient encore de déclarer que les migrants, pour choisir leur pays de destination, font du «benchmarking».Du «benchmarking» ! Et sinon, avez-vous vu ? Le parquet national financier ne s’est pas encore penché sur le financement illicite de la campagne de Macron, alors qu’une information vient d’être ouverte sur les comptes de Mélenchon. Et encore ? Anticor attaque Marlène Schiappa, qui a fait de la promo pour son dernier livre avec les moyens de son ministère. A ce propos, avez-vous lu les extraits les plus affligeants du livre de Schiappa ? En stock, nous avons encore deux attentats contre la liberté de la presse : une loi sur les fake news, et l’arrachage par des Turcs d’affiches du magazine le Point, avec Erdogan en couverture. Et ces Ukrainiens qui, en une sombre manipulation, ont fait croire à la mort d’un journaliste. Quel scandale !

La suite ici :http://www.liberation.fr/debats/2018/06/03/indignations-une-certaine-fatigue_1656316

12.06.18

 

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.