Insécurité, chantage, secrets: la face cachée du secteur pharmaceutique


pharmaceutique

 

 

Les firmes affirment subir les causes des pénuries. Or, souvent, elles sont la conséquence de la maximisation des profits. La sacro-sainte libre circulation des biens induit que n’importe quelle société agréée peut acheter un stock de médicaments au prix bas pratiqué par exemple dans des pays de l’est de l’Europe où les firmes ont adapté le prix aux revenus locaux. Puis les revendre (après reconditionnement) dans les pays qui paient le maximum. Et empocher la différence.

 

 


Côté face, les firmes sont toutes propres sur elles. Elles vous le disent d’ailleurs via papier glacé où tous les patients sourient, en famille, sous un soleil de printemps. Côté pile, c’est autre chose. Ces vingt dernières années, la plupart des majors du médicament ont déplacé la plupart de leurs unités de fabrication dans des pays à bas revenus. Officiellement, c’est pour produire là où de plus en plus de patients ont besoin de leurs produits. Dans la réalité, c’est surtout pour gagner davantage. Quitte à provoquer parfois le décès de patients. Le marché des molécules est globalisé, des acteurs ne s’y pointent que pour le profit.

Les exemples abondent. Martin Shkreli est devenu l’une des personnalités les plus détestées des États-Unis. Et pour cause. L’homme de 32 ans à la tête du fonds d’investissement Turing Pharmaceuticals a acquis les droits sur le Daraprim et il s’est empressé d’augmenter le prix de ce médicament important pour les patients atteints de VIH. La plaquette de Daraprim est ainsi passée de 13,50 dollars (12 euros) initialement à 750 dollars (670 euros), soit une augmentation de… 5.450 %, en l’espace d’une nuit ! Le coût de production de ce traitement est pourtant faible : il ne dépasse pas un dollar. Shkreli a été condamné en mars 2018 à verser 7,36 millions de dollars et à une peine d’emprisonnement de 7 ans. Mais pour d’autres escroqueries, pas pour avoir fixé le prix du Daraprim.

La suite ici : https://plus.lesoir.be/189468/article/2018-11-11/insecurite-chantage-secrets-la-face-cachee-du-secteur-pharmaceutique

13.11.18

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.