Internet et la nécessaire réinvention du capitalisme






Comment des entreprises comme Google ou Facebook qui nous offrent tout quasi gratuitement se trouvent être aujourd’hui parmi les plus riches du monde ? Pourquoi appelle-t-on économie « de partage » un système où des entrepreneurs amassent une fortune personnelle de plusieurs dizaines de milliards ? Drôle de partage, non ? Pourquoi appelle-t-on économie « collaborative » un système hypercentralisé où les géants de l’Internet savent tout de nous, mais où nous ne savons quasi rien d’eux ? Drôle de collaboration, non ? 




Aujourd’hui, on achète autrement et on se soigne autrement, on voyage autrement et on enseigne autrement. Depuis qu’Internet est accessible quasi partout, notre vie quotidienne est très différente de ce qu’elle a été. Ce bouleversement de nos pratiques est flagrant, mais ce n’est que la partie visible du cloud numérique. Au-delà des changements vécus individuellement, d’autres ruptures se produisent en effet, en profondeur. Moins immédiates et plus sociétales, elles nécessitent une analyse, car elles sont plus importantes encore.

L’une d’entre elles concerne le système économique, c’est-à-dire le cadre dans lequel les biens et les services s’échangent. Avec la digitalisation du monde, les principes mêmes du capitalisme se trouvent déstabilisés et de multiples dérapages se produisent.

Dans le capitalisme numérique, nous sommes avant tout de l’ »information ». Notre valeur est l’ensemble des traces que nous laissons, tel un sillage, en utilisant Internet. Et cette valeur est énorme, car elles disent quasi tout de nous. Si je connais l’ensemble de vos clics, je sais où vous êtes, ce que vous faites et quand vous le faites. Je connais vos goûts, vos préférences, vos habitudes. Je devine vos convictions et vos désirs. Même sans cliquer, vous laissez des traces ! En écoutant de la musique, en préparant un risotto avec un robot de cuisine dernier modèle, en utilisant un GPS, en jouant à Pokemon Go ou en mettant l’alarme de votre habitation, vous dites des choses sans vous en rendre compte. Si vous utilisez un baby-phone connecté, votre nouveau-né qui ne parle pas encore dit pourtant beaucoup de choses aussi ! Et comme si cela ne suffisait pas, les caméras de reconnaissance faciale sont tellement efficaces qu’elles font maintenant parler les muets.

La suite ici : Internet et la nécessaire réinvention du capitalisme

22.09.19

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.