Iran : le sombre anniversaire de la révolution de 1979



Les Iraniens célèbrent sombrement, lundi 11 février, les quarante ans de la révolution de 1979. La théocratie portée au pouvoir par ce soulèvement populaire, qui avait renversé une monarchie modernisatrice, pro-occidentale et répressive, n’a pas tenu ses promesses. La prise d’otages à l’ambassade des Etats-Unis, entre novembre 1979 et janvier 1981, a traumatisé les Américains et plongé l’Iran dans un isolement international qui dure encore.







Quarante ans après le soulèvement qui donna naissance à la République islamique, les institutions sont grippées, l’économie est en crise et le pays est isolé sur la scène internationale.

Malgré la pression des mollahs et de l’Etat, une modernité iranienne s’est imposée au fil du temps dans cette société jeune, riche et plurielle, avide d’ouverture dans le pays et sur le monde. Mais les institutions élues et non élues de la République islamique se sont grippées : plus rien ne se décide. Le changement est douloureux, presque impossible. Le pays rouille. Son économie s’abîme dans une crise profonde.

Cet immobilisme a au moins un avantage : Téhéran n’a pas renoncé à respecter l’accord international sur son programme nucléaire, signé en juillet 2015 à Vienne, après douze ans de négociations. Le retrait unilatéral des Etats-Unis, en mai 2018, et le retour des sanctions américaines ont dissuadé presque tout investissement occidental. L’Iran affirme n’avoir tiré aucun bénéfice de l’accord, mais il ne veut pas faire le jeu de l’administration Trump, au sein de laquelle prévalent les partisans d’un changement de régime à Téhéran.

La suite ici : Iran : le sombre anniversaire de la révolution de 1979

11.02.19

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.