Irlande : le parti nationaliste Sinn Fein réhabilité




Ni la réunification de l’Irlande ni le Brexit n’ont figuré au cœur de la campagne pour les élections législatives qui ont eu lieu, samedi 8 février, en République d’Irlande. Pourtant, le succès éclatant du Sinn Fein (SF), parti dont la raison d’être, depuis sa fondation en 1905, est l’indépendance de la totalité de l’île vis-à-vis de la Grande-Bretagne, constitue probablement la première réplique du tremblement de terre qu’a constitué le Brexit.


Par une ironie de l’histoire, la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne, que ses promoteurs justifient par une exigence de souveraineté, a déclenché en Irlande du Nord (rattachée à Londres) comme dans la République d’Irlande une poussée émancipatrice nourrie par l’indifférence, voire le mépris, dont la petite île, largement pro-européenne, a fait l’objet de la part des gouvernements britanniques pendant les négociations de divorce avec l’UE.

Les dirigeants du Sinn Fein – dont le nom signifie « nous-mêmes » en gaélique – s’attendaient si peu à ce triomphe qu’ils n’avaient présenté que 42 candidats pour les 160 sièges du Dail, la Chambre basse irlandaise. Le système de vote préférentiel peut réserver des surprises lors de l’attribution des sièges. Mais le fait que le Sinn Fein arrive en tête (24,5 %) des premiers choix des électeurs balaie le quasi-monopole qu’exercent sur le pouvoir, depuis un siècle, les partis de centre droit Fine Gael et Fianna Fail, eux-mêmes héritiers des protagonistes de la guerre civile des années 1920.

La suite ici : Irlande : le parti nationaliste Sinn Fein réhabilité

11.02.20

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.