Islam, laïcité, sionisme : comment le débat public nourrit le récit complotiste


islam

 

 

 

“Cet état d’esprit a peu à peu fomenté des obsessions, qui sont devenues des mantras contemporains. Comme des formules incantatoires que l’on répète à l’envi, traduisant le sentiment d’injustice, la soif d’une plus grande transparence, d’une plus grande éthique”, écrit Marie Peltier.

 


Au cœur des polémiques depuis plusieurs années, des objets sémantiques et des personnages symboliques qui reviennent sans cesse. Le débat public s’est polarisé autour de l’islamisme, du sionisme, de la laïcité, des violences à l’égard des femmes… Des thèmes persistants que déconstruit Marie Peltier, historienne, chercheuse et enseignante à Bruxelles, dans son livre Obsession, dans les coulisses du récit complotiste.

Celle-ci pointe la formation d’un “récit préfabriqué” qui s’est implémenté dans nos esprits et nos discours. Un récit articulé autour du rejet, de la posture anti, de la rupture. Tout au long de son ouvrage, l’auteure tente de comprendre ce phénomène et propose de le renverser pour un récit plus fédérateur.

L’enseignante belge estime le point de départ de cette cristallisation après l’événement traumatique des attentats du 11 septembre aux Etats-Unis, l’intervention en Irak qui a suivi en 2003 ayant créé une sorte de “désaveu abyssal” des citoyens à l’encontre des politiques et des médias.
La question identitaire est désormais au centre de tous les débats et fait office de curseur du positionnement des uns et des autres. L’islam est devenu une thématique de plus en plus clivante. Si cette dernière domine les échanges, il existe également “une forme de repli et de recours à la polarisation autour d’autres thématiques contemporaines, à l’instar par exemple de la question coloniale, de celle du conflit israélo-palestinien, de celless liées au genre et à l’appartenance sexuelle, ou encore de la question dite nationale” tient à souligner Marie Peltier.
12.10.18
Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.