Israël : un projet d’annexion illégal et dangereux




L’Union européenne doit réagir de manière forte, claire et concrète à la volonté du premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou, d’annexer une partie des territoires palestiniens occupés.


Benyamin Nétanyahou va-t-il mettre sa promesse à exécution ? Ou préférera-t-il faire peser l’épée de Damoclès sur la politique israélienne, tout entière accaparée par cette perspective ? La question se pose de manière très concrète depuis le 1er juillet, date à partir de laquelle le premier ministre israélien s’est engagé à proposer à son gouvernement un décret d’annexion d’une partie des territoires palestiniens occupés. Il s’appuie, dans cette démarche, sur le plan de paix proposé en janvier par le président Donald Trump, qui accorde jusqu’à 30 % de la Cisjordanie à l’Etat d’Israël.

Israël, certes, se livre à une annexion de facto, rampante, des territoires conquis en 1967 à la faveur de la guerre des Six-Jours, en y favorisant l’installation de colons ; ils sont aujourd’hui près de 450 000, implantés en Cisjordanie parmi 3 millions de Palestiniens, et 200 000 à Jérusalem-Est. Mais une annexion de jure serait un fait politique et diplomatique majeur, d’une extrême gravité.

Sur le plan diplomatique, il s’agit d’une violation du droit international, bafouant le droit à l’autodétermination. L’appropriation par un Etat de territoires acquis par la force et la modification des frontières dans les mêmes conditions sont illégales. Sur le plan politique, l’annexion pérenniserait l’occupation des territoires palestiniens, enterrant définitivement l’idée de deux Etats, palestinien et israélien, vivant côte à côte.

La suite ici :Israël : un projet d’annexion illégal et dangereux

3.07.20

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.