J. Stiglitz. « La finance a besoin de plus de superviseurs »




« Si j’ai un message à faire passer, c’est au sujet de la turpitude dans le milieu bancaire. Une étude en économie expérimentale montre que les individus, lorsqu’ils revêtent leurs habits de banquiers, deviennent malhonnêtes. »


Ces dernières décennies, la part du secteur financier dans le PIB est passé de 2,5 % à 8 % aux États-Unis. Il est certes impossible d’avoir une économie qui fonctionne bien sans un système financier efficace. Mais l’essor du secteur bancaire et financier ne s’est pas traduit par une économie plus performante. Nous avons dû subir en 2008 une grave crise financière, et ces dernières années ont été marquées par une croissance faible et une forte hausse des inégalités. Pendant ce temps, les salaires dans la finance ont considérablement augmenté, et les banques se sont rendues coupables de pratiques abusives, en particulier auprès des populations les plus pauvres.

L’essentiel du débat porte sur la régulation et vise à limiter les préjudices causés par le secteur financier. Mais presque personne ne parle d’un point pourtant fondamental : quelle est l’utilité du secteur financier ? Il faut revenir aux fonctions essentielles, à savoir collecter l’épargne des ménages et fournir des financements aux entreprises pour qu’elles puissent croître et créer plus d’emplois.

La suite ici : « La finance a besoin de plus de superviseurs », conversation avec Joseph Stiglitz

30.01.20

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.