J’ai enquêté sur ce que Facebook, Google, Uber et Netflix savent de moi (et ça fait peur)


enquêté

A la fin de ma recherche, face à la précision des informations qu’ont accumulées Facebook et Google sur ma vie, j’ai la boule au ventre. Il y a là bien plus qu’une identité numérique hors-sol, c’est mon intimité qu’ils s’autorisent à commercialiser. Le pire, c’est que cette collecte a été faite avec mon consentement. Il est grand temps de faire un ménage de printemps.


Je suis pris de vertige. Je me savais profilé, mais je n’imaginais pas à quel point ! Un mois avant l’arrivée du nouveau règlement général sur la protection des données européen, j’ai voulu faire le point sur les éléments collectés sur ma personne. Par Facebook et Google évidemment, mais aussi par Amazon, Twitter, Snapchat, Uber et Netflix.

Au total, j’ai récupéré plus de 62 gigaoctets d’informations. Concrètement, cela représente, imprimé, l’équivalent d’un livre de plus de 37.000 pages ! Et tout, absolument tout, y est, répertorié dans 193 dossiers, consigné dans 4.084 fichiers, essentiellement des tableurs plus ou moins lisibles.

Je frissonne.


La suite ici : J’ai enquêté sur ce que Facebook, Google, Uber et Netflix savent de moi (et ça fait peur)

4.05.18

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.