Javier Cercas: « L’Europe reste notre seule utopie raisonnable »


Javier Cercas

« On pourrait se demander si, après soixante ans de paix et de prospérité, l’Occident n’incube pas une sorte de grand ennui semblable à celui qui, comme le rappelle George Steiner, s’incubait après les cent ans de paix et de prospérité relatives qui succédèrent aux guerres napoléoniennes, un état d’âme qui produisit une soif d’intensité collective et un désir secret de destruction et de mort. »


Le 10e prix du Livre européen a récompensé l’Italien Erri De Luca, mais aussi le grand romancier espagnol Javier Cercas. Voici son discours, présenté par Pierre Haski.

Pour fêter ses dix ans, le prix du Livre européen ne pouvait pas manquer de se faire l’écho de la crise d’identité que traverse la construction politique du continent: ce fut le cas mercredi 7 décembre dans l’enceinte du Parlement européen à Bruxelles, avec trois éminents lauréats et un président du jury venu d’outre Atlantique, le cinéaste américain (de mère française…) Oliver Stone.
La suite ici : Javier Cercas : “L’Europe reste notre seule utopie raisonnable” – Bibliobs – L’Obs

15.12.16



Ana

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.