Jérusalem comme capitale d’Israël: contexte et possibles retombées


Jérusalem

La communauté internationale n’a pas reconnu la souveraineté israélienne sur Jérusalem et considère Jérusalem-Est comme territoire occupé. Toutes les ambassades étrangères sont installées à Tel-Aviv.


Les pays arabes et les Palestiniens mettent en garde Donald Trump contre le danger de reconnaître Jérusalem comme la capitale d’Israël et d’y déplacer l’ambassade américaine. Voici pourquoi sa décision est potentiellement lourde de conséquences. M. Trump pourrait renoncer à déménager l’ambassade, mais annoncer la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d’Israël, selon des informations de presse.

Jérusalem est au cœur du conflit israélo-palestinien et son statut, l’une des questions les plus épineuses à régler.

Le plan de partage de la Palestine de 1947 prévoyait la partition de la Palestine, alors sous mandat britannique, en trois entités: un État juif, un État arabe, Jérusalem formant un « corpus separatum » sous régime international spécial. Ce plan a été accepté par les dirigeants sionistes mais rejeté par les leaders arabes.

Suite au départ des Britanniques et à la première guerre israélo-arabe, l’État d’Israël est créé en 1948, et fait de Jérusalem-Ouest sa capitale, Jérusalem-Est étant alors sous contrôle de la Jordanie.

Israël s’empare de Jérusalem-Est au cours de la guerre des Six-Jours en 1967 et l’annexe. Une loi fondamentale entérine en 1980 le statut de Jérusalem comme capitale « éternelle et indivisible » d’Israël.


La suite ici : Jérusalem comme capitale d’Israël : contexte et possibles retombées

5.12.17

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.