« Julian Assange ne doit pas être extradé aux Etats-Unis »




Extrader Julian Assange reviendrait à assimiler à une activité d’espionnage toute publication de documents secrets émanant de l’Etat américain. Ce serait une terrible régression pour la démocratie.


Pour les défenseurs de la liberté d’informer, Julian Assange, 48 ans, n’est pas un « client » facile. Le fondateur de WikiLeaks est-il un lanceur d’alerte courageux, acharné à révéler des vérités utiles mais dérangeantes, ou un hackeur militant de la transparence absolue, dévoyé, et piégé par un Donald Trump dont il a aidé l’élection ? Une juge de Londres a commencé d’examiner, lundi 24 février, la demande d’extradition formulée par les Etats-Unis à l’encontre de l’inclassable Australien, accusé d’« espionnage » pour avoir, en 2010, permis la divulgation de documents gouvernementaux confidentiels.

A cette époque, Julian Assange a confié ces centaines de milliers de documents militaires et diplomatiques à cinq journaux, dont le Guardian, le New York Times et Le Monde, en acceptant leurs règles éthiques, notamment la protection des sources. Les documents publiés furent donc expurgés des identités de toute personne susceptible d’être mise en danger, et éclairés par l’expertise indépendante des journalistes des cinq rédactions.

Evénement médiatique international, cette fuite de grande ampleur a permis de mettre en lumière de nombreux aspects de la politique américaine en Afghanistan puis en Irak, et au camp de Guantanamo. Une vidéo, notamment, révélait une bavure de l’armée américaine à Bagdad en 2007 : un hélicoptère Apache avait tiré sur de prétendus combattants et tué une douzaine de civils, dont deux journalistes de l’agence Reuters.

La suite ici : « Julian Assange ne doit pas être extradé aux Etats-Unis »

26.02.20

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.