Kanal, un projet qui fait un bien fou à Bruxelles


Kanal

Détracteurs, sceptiques ou convaincus, poussez les portes de Kanal, Bruxelles ne nous avait pas habitué(e)s à pareille ambition.


Kanal est né sur la plage d’Ostende, il y a cinq ans : le gouvernement bruxellois y avait fait deux rêves, un stade et un musée. Le premier s’est transformé en cauchemar politico-sportif, le second devient réalité ce vendredi. Et l’on doit presque se pincer pour y croire. Parce que l’histoire de la capitale est émaillée de projets avortés par la lasagne institutionnelle, le manque de moyens ou les rivalités politiques. Parce que la transformation de l’ancien garage Citroën en centre d’art moderne et contemporain semblait une ambition trop grande pour la Région. Parce qu’à peine évoquée, l’idée semblait n’enthousiasmer personne.

En soixante mois, Rudi Vervoort, ministre-président, et Yves Goldstein, son ex-chef de cabinet en charge du projet, ont démontré qu’il n’est pas interdit d’oser à Bruxelles. Et ils ont eu raison de ne pas se résigner au plus petit dénominateur commun, fruit des compromis à la belge, ou de s’arrêter à la polémique sur la politisation de l’institution…

Oui, le choix du site est courageux autant qu’évident. Le Canal reste une fracture ; la résorber, en œuvrant au renouveau social, économique, urbanistique, de ses rives et au-delà est une priorité absolue pour les autorités bruxelloises. Choisir la culture comme vecteur de développement constitue une première, salutaire.


La suite ici : Kanal, un projet qui fait un bien fou à Bruxelles

4.05.18

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.