La bataille féroce autour de la réforme du droit d’auteur


bataille

 

« Mensonges » contre « coups bas »: la directive européenne sur la réforme du droit d’auteur fait l’objet d’un lobbying tous azimuts entre ses partisans –médias et créateurs– et ses opposants –géants du numérique et militants de la liberté sur internet. Le seul équivalent que j’ai eu, c’est l’industrie des armes à feu », raconte à l’AFP l’eurodéputée Virginie Rozière (Socialistes et démocrates), pour qui les GAFA ont employé « des moyens colossaux » pour financer, en « avançant masqués », « des pseudo-campagnes citoyennes ».

 

 


C’est une bataille très intense, agressive » parce qu' »il y a énormément d’argent en jeu » résume Olivier Hoedeman, de l’ONG Corporate Europe Observatory, qui étudie l’influence des lobbies dans l’UE.

L’objectif de la réforme, proposée en 2016 par la Commission européenne, est de moderniser le droit d’auteur à l’ère du numérique.

Le principe est d’inciter les plateformes, comme YouTube, à mieux rétribuer les créateurs de contenus (article 13), mais aussi de créer un nouveau « droit voisin » pour les éditeurs de presse (article 11), qui doit permettre aux journaux ou agences comme l’AFP de se faire rémunérer lors de la réutilisation en ligne de leur production.

Deux fronts se sont dégagés: d’un côté les créateurs et la presse, en quête de revenus; de l’autre, une alliance inattendue entre les géants du numérique, qui craignent une remise en cause de leur « business model », et les militants d’internet, qui voient dans le texte une menace pour la liberté du web.

Au milieu de l’arène, 750 députés européens, parfois décontenancés par les pressions autour d’une réforme relativement technique, sur laquelle ils ont à se prononcer.

La suite ici  :La bataille féroce autour de la réforme du droit d’auteur

29.08.18

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.