La Belgique vit un petit Brexit



 

 




 

Ce dimanche nous avons vécu une sorte de « Brexit ». Bien sûr, nous n’avons pas décidé de sortir de l’Union. Mais sur deux points, des rapprochements sont possibles. La division et la sidération. 



 

D’abord, on voit bien ce que ce vote charrie comme divisions, comme profonde césure entre le nord et le sud. Avec 43 députés flamands séparatistes sur 87, il est difficile de ne pas voir en quoi ce vote porte en lui l’envie d’un Vlaamsxit. Une sortie de la Flandre de la Belgique. Ce fantasme ultime de la politique belge, toujours imaginé, jamais consommé, nous est une fois de plus imposé par les urnes.

Inutile de crier au loup, ce fantasme restera très certainement un fantasme tant les sondages d’opinion montrent qu’il n’y a, à la différence du Brexit, pas de majorité en Flandre pour les séparatistes. Mais une majorité confédéraliste par contre. Le vote du Brexit n’était lui non plus unilatéralement souverainiste. C’était aussi un vote anti-immigration et un vote social… Comme l’est le vote Vlaams Belang qui a sans doute autant marqué de points sur l’immigration que sur le retour de la pension à 65 ans.

Mais ce n’est pas sur le point de la division que le rapprochement avec le Brexit est le plus évident.

Ce qui nous rapproche du Royaume-Uni, c’est l’état de sidération dans lequel se trouve la classe politique. J’ai passé ma journée d’hier à sonder nos élus et je peux vous dire que j’ai rarement entendu, même au plus profond de la crise des 541 jours, autant de dépit.

La suite ici  : La Belgique vit un petit Brexit

29.05.19

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.