La confidentialité sur internet n’existe pas





Mauvaise nouvelle. Mots de passe, clés de cryptage, codes secrets de toutes sortes: vous pensiez que vos messages, vos photos de vacances, mais aussi vos informations plus personnelles transmises ou stockées sur internet étaient sûres et confidentielles? Vous vous trompez! Vos données sont absolument transparentes. Ou du moins, elles le seront dans un proche avenir.



Rien de ce que vous confiez en ligne n’est sûr, explique ce professeur au Département d’informatique et de recherche opérationnelle de l’Université de Montréal. Ou plus exactement, rien de ce que vous avez confié ou transmis jusqu’à présent, et ce depuis les débuts de l’internet, n’est confidentiel.

Et le chercheur ne parle pas ici de ce que vous rendez public sur les réseaux sociaux. Il pense à vos données sensibles, par exemple celles liées à votre santé. Des informations que vous n’aimeriez pas voir tomber entre les mains de compagnies d’assurances par exemple.

« Bien sûr, les méthodes de cryptage et autres moyens destinés à rendre l’information opaque aux yeux des personnes qui ne doivent pas y avoir accès sont aujourd’hui relativement efficaces », souligne en substance cet informaticien, lauréat du Prix Wolf de physique en 2018 pour ses travaux théoriques en cryptographie quantique. « Mais il suffit pour un Etat ou une importante entreprise d’intercepter vos données cryptées, de les stocker et d’attendre pour pouvoir en prendre un jour connaissance avec facilité ».

La clé de cette déconcertante facilité de lecture des secrets les mieux gardés porte un nom: l’ordinateur quantique. Cette machine, qui est peut-être déjà une réalité dans une cave bien gardée ou au coeur d’un centre de recherche discret, se joue des méthodes de cryptographie classique. Sa puissance de calcul est (sera) telle que rien ne lui résistera. Tout ce qui aura été crypté jusque là lui sera transparent. « C’est aussi simple que cela », estime l’informaticien.

La suite ici : La confidentialité sur internet n’existe pas

8.02.19

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.