La crise des réfugiés, miroir du strabisme divergent dont souffre l’UE



Jamais l’Union européenne n’a été aussi fragilisée et menacée par une rupture. La crise des réfugiés a mis à mal ses valeurs. Chaque pays, la France et l’Allemagne en tête, pense plus que jamais en fonction de ses propres intérêts.

L’Union européenne a toujours avancé au rythme du « moteur » franco-allemand. Aujourd’hui c’est plutôt un attelage qui ne tire plus. L’Allemand est fébrile, se cabre, rue. Le Français semble épuisé. C’est la panne, et les mauvais augures prédisent la désagrégation.

Tout cela est exagéré et procède de « présupposés idéologiques », s’insurge l’entourage du Président français. « La relation franco-allemande fonctionne bien sur la plupart des sujets », reconnaît un membre de la Commission européenne, fin connaisseur des arcanes communautaires.

La suite ici : La crise des réfugiés, miroir du strabisme divergent dont souffre l’UE

Ana

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.