La diplomatie électorale de Donald Trump


diplomatie électorale

 

 

On attendra le résultat des pourparlers pour féliciter leurs auteurs. Il serait en tout cas trompeur de croire que le président américain a renoncé à son slogan de campagne “America First”. Car Donald Trump se soucie comme d’une guigne de la paix dans le Pacifique.

 

 


Il y a moins d’un an, Donald Trump traitait Kim Jong-un de “petit homme fusée”, et promettait à la Corée du Nord “le feu et la fureur”. Après moult péripéties, voilà les deux dirigeants aux coiffures étranges presque rabibochés et prêts à se rendre le 12 juin à Singapour pour un sommet historique.

Si la plupart des questions majeures demeurent encore aujourd’hui sans réponse – que veulent obtenir les États-Unis ? Pyongyang et Washington partagent-ils la même définition de la “dénucléarisation” ? Vont-ils aborder la question de la présence américaine sur la péninsule coréenne ? Et puis, last but not least, qui va payer la note d’hôtel de Kim Jong-un à Singapour ? –, cette perspective de rencontre est une excellente nouvelle pour les deux Corées, leurs voisins asiatiques et la stabilité dans le monde.

Après des années de crise et de sanctions inefficaces, la diplomatie reprend ses droits, et peut fortement contribuer à apaiser le niveau de tension dans cette région. Bravo Donald Trump ? On attendra le résultat des pourparlers pour féliciter leurs auteurs. Il serait en tout cas trompeur de croire que le président américain a renoncé à son slogan de campagne “America First”. Car Donald Trump se soucie comme d’une guigne de la paix dans le Pacifique.

La suite ici :Éditorial. La diplomatie électorale de Donald Trump

11.06.18

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.